Nous devons construire un malien de type nouveau, qui connaît et aime son pays, soigné, éduqué, formé, exerçant un emploi et contribuant aux efforts collectifs ; un malien ancré dans ses valeurs traditionnelles mais ouvert aux mondes et à ses évolutions pour y contribuer, y puiser aussi ce qui lui permettra de progresser.

La Santé de nos compatriotes est à privilégier en mettant l’accent sur la prévention, l’accès aux soins et aux médicaments et une offre sanitaire de choix pour nos compatriotes. Il s’agit pour nous de faire en sorte que tous les maliens disposent du minimum sanitaire leur permettant de mener leurs projets de vie.

L’éducation familiale et scolaire forme le socle de la citoyenneté. Nous devons nous investir dans sa restauration mais également y investir massivement pour que cet outil primordial d’intégration sociale soit à la hauteur de nos attentes. Pour cela, l’école malienne a besoin de changements profonds qui s’étaleront sur une génération. Nous avons détérioré notre système éducatif en 20 ans. Il va nous en falloir au moins autant pour le sortir définitivement de l’ornière.

La crise actuelle met encore plus l’accent sur la nécessité de disposer d’un système éducatif de qualité et de l’accès adéquat de nos compatriotes à des soins de qualité et accessibles. La qualité des ressources humaines, qui dépend intimement de ces deux secteurs, sera déterminante pour le redressement durable de notre pays.

La jeunesse, future dépositaire des responsabilités, est à associer à ce redressement, par l’éducation mais aussi et surtout par l’espérance que nous lui donnerons à croire de nouveau en de lendemains meilleurs. Sa formation professionnelle, son implication dans le leadership, sa promotion sur tous les plans socio économiques, constitueront nos priorités. Il est impératif que le Mali fasse de sa jeunesse une catégorie sociale qui crée, entreprend, aide et soutien le pays plutôt qu’un poids à trainer.

La Diaspora malienne qui représente plus du quart des maliens joue déjà un rôle primordial par les soutiens multiformes qu’elle met en œuvre au bénéfice de nous tous. Il est impératif qu’elle soit soutenue et promue pour que sa volonté d’investir au Mali s’accroisse, pour que sa volonté de retour au pays s’accroisse, et pour que sa volonté de croire au Mali s’accroisse. Nous devons faire en sorte qu’à l’horizon 2030 il y ait plus de maliens qui veulent vivre au mali que de compatriotes qui veulent en partir ! Nous devons faire en sorte qu’à l’horizon 2030 il y ait plus de maliens de l’extérieur qui veulent retourner au Mali que de maliens qui veulent s’expatrier.

Le malien que nous voulons contribuer à construire va être le pilier du Mali au lieu d’en être le spectateur indifférent et impuissant.

Télécharger le document complet

X